Quelques précisions sur l'épisode 4

Être un médicament générique, c'est physique.

Le test de la bioéquivalence : comment se déroule-t-il ?

Les tests de bioéquivalence sont réalisés sur des volontaires sains dans des établissements de santé habilités.

Des prises de sang régulières sont faites après la prise du médicament générique pour mesurer la quantité de principe actif dans l’organisme.

Au départ, le principe actif est quasiment absent. Celui-ci ne se retrouve pas directement dans le sang car il doit d’abord passer par l’estomac et c’est seulement ensuite qu’il circule dans les vaisseaux sanguins. Ainsi, plus le temps passe, plus la concentration en principe actif augmente et atteint un pic, puis descend régulièrement jusqu’à redevenir nulle.

Grâce à ces tests de bioéquivalence, on sait à quelle vitesse et en quelle quantité le principe actif contenu dans le médicament  générique pénètre dans l’organisme et en ressort.

Les mêmes patients vont être soumis aux mêmes tests avec le médicament d’origine. Si les courbes des résultats des deux médicaments sont comparables, on conclut qu’ils agissent de la même manière et ont donc la même efficacité.  Les médicaments sont donc bioéquivalents.